Retour

Accidents de la route : état des lieux et axes de progrès …

Des résultats encourageants … mais pas homogènes

Avec près de 7.500 accidents corporels en moins sur les routes entre 2011 et 2016, la France connait une baisse significative en termes d’accidentologie (-11,5%).

Les territoires les plus vertueux sont le Puy de Dôme (-57%), le Cher (-55%) et la Sarthe (-52%) ; à l’opposé, les départements de la Marne, du Calvados et de la Vienne ont connu une période plus accidentogène (avec une hausse respective de 44%, 36% et 35%).

9 accidents pour 10.000 habitants étaient dénombrés sur le territoire national en 2016. Ce sont les départements du Tarn, Savoie et Aisne qui connaissent le plus faible taux de survenance avec respectivement 3,5 – 3,6 – 3,8 accidents pour 10.000 habitants. A l’inverse, Paris, les Bouches du Rhône et le Val de Marne atteignent une fréquence plus élevée avec 29,0 – 20,6 – 20,1 accidents corporels pour 10.000 habitants.

Au total, ce sont 70% des communes qui ont été épargnées de tout accident corporel en 2016 pour la moitié du réseau routier national.

Ne pas se fier aux bonnes conditions de route

C’est dans les conditions où la vigilance est le moins sollicitée que le risque est plus présent : 4/5 des accidents interviennent dans des conditions atmosphériques normales, 2/3 en plein jour, avec une tranche horaire plus risquée entre 16h et 20h pour 30% des accidents.

Près de 50% des accidents interviennent sur des voies communales, avec une fréquence d’autant plus forte que l’on circule dans une grande ville (plus de 14 accidents pour 10.000 habitants dans les communes de plus de 25.000 habitants).

Voitures ou Deux Roues : quel est le plus risqué ?

Le classement des types de véhicules selon le nombre d’accidents fait ressortir de loin le Véhicule Particulier avec 63,4% des accidents, suivi des Deux Roues (21,3%), du Véhicule Utilitaire (5,5%), de la bicyclette (4,6%) et des Poids Lourds (2,3%).

Le podium du Véhicule Particulier n’est en soi pas surprenant quand on sait qu’il représente le même poids dans le parc roulant de l’ensemble des véhicules motorisés.

Mais quand on analyse la fréquence de survenance d’accidents corporels par rapport au nombre de kilomètres parcourus, l’histoire n’est plus du tout la même ; en effet, un Véhicule Particulier parcourt en moyenne 13.274 kilomètres par an, contre 3.050 pour un Deux Roues.

La probabilité est donc malheureusement 13 fois plus importante qu’un accident intervienne sur un Deux Roues qu’avec un Véhicule Particulier par kilomètre parcouru (16,4 accidents en Deux Roues par milliard de kilomètres parcourus contre 1,3 pour un Véhicule Particulier).

 

A la semaine prochaine pour une nouvelle carte …

 

1 données issues du fichier BAAC (Bulletin d’Analyse des Accidents Corporels), Ministère de l’Intérieur