Retour

Éloignement aux établissements d’enseignement et impacts sur la formation ?

Temps d’accès aux lycées
Cliquez sur la carte pour accéder à la lecture dynamique
Source : Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse

Se fixer comme exigence l’accès aux savoirs pour tous les élèves

La crise du COVID fut un révélateur de plus sur l’impérieuse nécessité de s’orienter sur des professions à forte valeur ajoutée : que ce soit dans un objectif de relocalisation souveraine, ou de développer la digitalisation des services, la formation à haute valeur ajoutée est un objectif non négociable.

Cette formation, qui a vocation à être dispensée tout au long du parcours professionnel, s’incarne dès l’enseignement des élèves, pour préparer les emplois de demain.

La distance d’accès aux établissements d’enseignement est trop vécue aujourd’hui comme une inégalité d’accès au savoir

Le principe d’enseignement dans le primaire et secondaire a toujours été conçu à ce jour sur un mode présentiel, qui ne pouvait s’envisager autrement. De fait, ce principe porte les germes d’une inégalité insidieuse plus on grandit : l’accessibilité aux établissements diminue quand on passe du primaire au collège, puis du collège au lycée.

Type d’établissementNombre d’établissements
Écoles Primaires36 568
Collèges7 433
Lycées
      Lycée d’enseignement général
      Lycée d’enseignement technologique
      Lycée d’enseignement général et technologique
      Lycée d’enseignement général technologique et professionnel agricole
      Lycée polyvalent
      Lycée professionnel
4 759
      607
      121
      1 195
      56
      957
      1 823

Le graphique ci-dessous indique le temps moyen de déplacement pour se rendre dans l’établissement le plus proche, pour la part des élèves en âge d’être scolarisée dans l’enseignement secondaire. Il en ressort une moyenne nationale de 11 minutes pour les collèges et de 15 minutes pour les lycées (tous types de lycées confondus).

Mais la réalité est toute autre, notamment au niveau du lycée, quand on tient compte du type de lycée où doit se rendre l’élève et le choix d’établissement effectif.

La tendance vers la diminution du nombre d’établissements ne fera qu’accentuer ce phénomène de distanciation ressenti, en particulier pour les familles résidents dans des zones plus profondes.

En définitive, dans cet objectif de former le plus grand nombre, deux scenarii peuvent s’envisager :

  • Soit le phénomène d’urbanisation s’accélère : cette tendance bénéficiera aux élèves qui auront la chance d’accéder aisément aux lieux d’enseignement ; mais, la contrepartie aura pour conséquence une désertification accrue des zones rurales.
  • Soit la diffusion de la digitalisation se généralise et les pratiques d’enseignement évoluent : cette transformation permettra, dès le lycée par exemple, d’appliquer et de développer des méthodes distanciées d’enseignement, telles qu’elles peuvent exister dans l’enseignement supérieur et la formation continue.

Une fois de plus, l’expérience inédite du COVID a montré que rien n’était insurmontable, et que des expérimentations forcées d’enseignement à distance, en France comme à l’étranger, pouvaient s’envisager dès l’enseignement secondaire.